Le Festival L'Adresse etcetera : un rituel civique

LE PRINTEMPS
DE SEPTEMBRE

À TOULOUSE

etcetera : un rituel civique
Samedi 23 septembre 2017
20 juin 2017
Rencontres au Tribunal de Grande Instance

©FrankAlix


Les élèves de CE2/CM1 de l’école Daniel faucher 2 ont fait la rencontre d'une magistrate et d'une avocate au Tribunal de Grande Instance de Toulouse durant toute une matinée.

 

Pour le tableau de l'Assemblée place de la Daurade, les enfants se sont rendus au Tribunal de Grande Instance toulousain pour rencontrer une magistrate et une avocate. Après avoir interrogé la Constitution française, la devise républicaine, les libertés individuelles et certains sujets d'actualité lors de précédents ateliers de débat-discussion et de création artistique, c'est au tour de la justice de dévoiler ses secrets.


Accueillis dans une des salles d’audience par une magistrate, les enfants ont pu poser toutes les questions qu'ils souhaitaient: comment se déroule un procès ? Quel est le rôle d’un magistrat ? Comment devenir avocat ? Qu'est-ce qu'on peut et ne peut pas faire ? Quelles sont les différentes peines ? Le Code quoi ? Pourquoi les gens qui travaillent au tribunal sont-ils en robe ?

 

Un florilège de questions, parmi lesquelles se sont glissées quelques révélations (voire déceptions) : une avocate se fait appeler "maître" et non "maîtresse", le Palais de Justice n’est pas une demeure pour les gens riches, en France, les juges du siège n'usent pas d'un marteau pour demander le silence, et non, les juges ne sont pas aveugles !


"La justice est aveugle, mais les juges y voient bien !"

 

 

Après cet entretien, les élèves ont également eu la chance d’accéder à la crypte archéologique du Palais de justice et ont ainsi pu découvrir, entre autres, les vestiges du château des Comtes de Toulouse et de la Porte Narbonnaise, principale entrée de la ville lorsqu'elle avait été fortifiée à l'époque romaine. 

 

 

Conclusion, cette petite excursion a pu révéler les coulisses du grand mot qu'est la Justice et a assouvi la curiosité des élèves… et qui sait, elle aura peut-être évéillé quelques vocations !