Le Festival L'Adresse

LE PRINTEMPS
DE SEPTEMBRE

À TOULOUSE

LE FESTIVAL
21.10 — 
10.02.2019
Avant

Camille Llobet

Majelich
21.09.18 - 21.10.18
Exposition personnelle — Musée Paul-Dupuy

© Camille llobet, Majelich, 2018
vidéo HD, extrait, photogramme

Projection

Durée : 10,30mn

À l’image, une femme, cadrée de plus ou moins près, visage, buste, plan américain. C’est la soprano Magali Léger. Elle est seule, concentrée. Elle semble chantonner dans la pénombre. Elle a un casque d’écoute sur les oreilles. Les sons qu’elle produit sont à la fois étranges et familiers.
Camille Llobet a enregistré sa fille entre dix et vingt mois, à ce moment où l’enfant découvre sa voix et fait l’expérience de sa capacité à en jouer, à former des sons. Il ne comprend pas encore les mots qu’il entend mais ses babillages imitent et éprouvent les contours prosodiques de la langue parlée, autrement dit ses inflexions, tonalité, accent, modulation et rythme. Le sens loge ici dans le son. Ce sont les prémices de la parole, la formation de sa possibilité.
L’artiste fait entendre ces babillages à la chanteuse lyrique qui s’emploie à les reproduire dans sa voix. Le film la montre dans cette entreprise de précision qui donne à comprendre la découverte du plaisir de la voix et du désir de dire.

 

Diplômée de l’ESAAA en 2007, le travail de Camille Llobet a fait l’objet de plusieurs expositions personnelles pour le projet Résonance de la Biennale de Lyon (Buffet Froid, Galerie de l’Étrave), au Centre d’art 3 Bis f (Aix-en-Provence), ou encore au Centre d’art Madeleine-Lambert (Vénissieux). Elle a également participé à des expositions collectives parmi lesquelles No Walk, No Work au Centre d’art contemporain (Yverdon-les-Bains, Suisse), Les Nouvelles Babylones, Centre d’art contemporain, Parc Saint-Léger (Pouguesles-Eaux) ou Rendez-vous 12, Plateforme internationale, South-African National Gallery (Le Cap, Afrique du Sud). Née en 1982 à Bonneville, elle vit et travaille à Sallanches.