EN

À TOULOUSE

Archives

Anne-Marie Schneider

Exposition — Espace Croix-Baragnon

Anne-Marie Schneider, Au lit, 2005
Courtoisie Galerie Philippe Nelson, Paris

Commande du Centre national des arts plastiques, Paris
Photo Pascale Thomas

Anne-Marie Schneider, vue d'exposition, Espace Croix Baragnon, Toulouse 2005
© Printemps de septembre, photo André Morin

Née en 1962 à Chauny.
Vit à Paris.

 

Le dessin d'Anne-Marie Schneider est plus de l'ordre de la réaction que de l'illustration. Extrait d'une pratique quasi quotidienne et automatique, à fleur de peau, son dessin porte la charge de ce qui la touche, la heurte. Le politique, le social, l'intime, la sexualité ou le rapport aux autres sont ramenés ainsi à l'essentiel, à une image de la chimie des relations humaines. Le trait du fusain sur le papier, parfois rehaussé de couleurs, trace un lien entre les multiples couches de la réalité et celles, non moins complexes, de la perception et de l'imaginaire. Les sujets sont décontextualisés, comme détourés du décor, dans des scènes isolées aux cadrages serrés. Reste l'image d'un geste subjectif, dénué de tout ornement inutile, de tout superflu. Ce travail procède d'ailleurs du mécanisme de la formation des images mentales, de cette cristallisation fugitive, à la fois précise et insaisissable.

 

C'est à l'Espace Croix-Baragnon qu'Anne-Marie Schneider présente une série inédite de travaux réalisés spécialement pour l'exposition. En réponse au chaos vertigineux du monde, et moyennant sans doute un certain retrait.