EN

À TOULOUSE

Archives

Daniel Schlier

Exposition — Couvent des Jacobins

Daniel Schlier, vue d'exposition, Couvent des Jacobins, Toulouse, 2005

© Printemps de septembre, photo André Morin

 

Né en 1960, Dannemarie, France.
Vit à Strasbourg, France.

 

La peinture de Daniel Schlier est sans doute l'une des plus étonnantes qu'il soit donné de voir en ce moment. Jouant du réel et de l'imaginaire, de l'outrance et de la bizarrerie, de la séduction et de l'étrange, mais aussi de la répulsion et de l'angoisse, cet artiste produit de pures images mentales, des visions composites issues d'une mise en scène de fantasmes. Une montagne qui pense à un enfant, des arbres squelettiques d'où pendent des cravates et des avions de chasse, des moteurs dans les bras de géants, des cohortes de chimères aux figures grimaçantes, habitent des paysages improbables. La matérialité même de cette peinture, avec la technique du fixé sous verre, a quelque chose de minéral et de métallique, d'une fluidité paradoxale. Comme si à travers la vitre de cette peinture, l'on découvrait "le mystère qui est sous nos yeux" (D.S.), l'autre côté de la réalité.

 

C'est dans l'espace des Jacobins que Daniel Schlier présente une série récente associée à de nouvelles compositions sur toiles. Peut-être un prélude à la sortie du vertige traumatique d'un monde qui serait devenu autophage.