EN

À TOULOUSE

Archives

Anish Kapoor

My Red Homeland
22.09.06 - 15.10.06
Installation — les Abattoirs, Musée – Frac Occitanie Toulouse

Anish Kapoor, My Red Homeland, 2003

Cire, peinture, métal, moteur, diamètre 12m

Courtesy Galerie Lisson, Londres / Galerie Barbara Gladstone, New York / Kunsthaus Bregenz
Vue d'exposition, Les Abattoirs, Toulouse 2006
© Printemps de septembre, photo André Morin

 

 

 

Anish Kapoor, My Red Homeland, 2003

Cire, peinture, métal, moteur, diamètre 12m

Courtesy Galerie Lisson, Londres / Galerie Barbara Gladstone, New York / Kunsthaus Bregenz
Vue d'exposition Les Abattoirs, Toulouse, 2006
© Printemps de septembre, photo André Morin

Né en 1954 à Bombay, Inde.
Vit au Royaume-Uni.

 

Artiste internationalement reconnu, Anish Kapoor a représenté la Grande-Bretagne à Venise en 1990 et reçu le Turner Prize en 1991. À la fois peintre et sculpteur, il utilise les capacités illusionnistes de la couleur pour donner de la sensualité et de l'ambiguïté à ses sculptures rigoureusement géométriques. Il travaille la matière, la lumière et l'espace en exploitant les oppositions vide-plein, mâle-femelle, concave-convexe, intérieur-extérieur, matériel-immatériel, visible-invisible... Cette ambivalence calculée confère à ses oeuvres, de plus en plus monumentales avec le temps, une qualité de mystère et d'infini.


My Red Homeland incarne à la fois une nouveauté et un aboutissement dans le travail de l'artiste. Présentée dans la salle Picasso aux Abattoirs, une machine actionne un bras métallique horizontal qui brasse 25 tonnes de vaseline rouge au rythme d'un tour par heure. Livrée à sa solitude mécanique, la sculpture se fait et se défait, laissant le spectateur dans un face à face inquiétant avec la matière en mouvement. L'artiste s'est absenté de l'oeuvre. Mais l'autonomie de cette gigantesque machine à peindre renvoie à la fonction spirituelle qu'Anish Kapoor attribue à l'art et que, renouant avec ses origines, il relie “à un très ancien aspect de la philosophie indienne qui parle d'objets autocréés, d'objets qui se manifestent d'eux-mêmes”.