EN

À TOULOUSE

Archives

Monica Bonvicini

22.09.06 - 15.10.06
Installation — Couvent des Jacobins

Monica Bonvicini, Stonewall, 2001
Tubes et chaînes en acier galvanisés, verre ESG - 200 x 520 x 447 cm. Vue d'exposition aux Jacobins

Courtesy Galerie Mehdi Chouakri, Berlin
© Printemps de septembre 2006, photo André Morin

Née en 1965 à Venise, Italie.

Vit entre Los Angeles, USA, et Berlin, Allemagne.

 

Artiste féministe et radicale, Monica Bonvicini prend pour cible l'architecture et le discours moderniste comme expression de la domination masculine. Pour elle, le mur représente la prison dans laquelle l'architecte machiste enferme la femme. L'artiste se fait connaître en 1995 par son film Wallfucking où une femme nue se masturbe contre un mur, littéralement utilisé comme objet phallique. En 1997, Housewife Swinging montre la même femme nue, coiffée d'une maquette de pavillon qu'elle tape contre le mur. Poursuivant sa réflexion sur la nature sexuée et sexuelle de l'architecture, Monica Bonvicini réalise, depuis la fin des années 1990, des installations à base de chaînes et de tubes d'acier galvanisé qui font référence à l'univers sado-masochiste. Tout en s'inspirant de la sculpture minimaliste, elle reprend à son compte les mouvements contestataires des années 1960 et 1970 et leur critique du cube muséal qui fétichise l'art.

 

Pour les Jacobins, elle a adapté sa pièce de 2001, Stonewall, qui crée un espace clos de fer et de verre.