EN

À TOULOUSE

Archives

Janet Cardiff

26.09.08 - 19.10.08
Exposition — Couvent des Jacobins

Janet Cardiff, The Forty Part Motet, 2001, un choeur polyphonique dans la grande salle des Jacobins, ©Le Printemps de septembre, photo Markus Tretter

Née en 1957 à Brussels, Canada.

Vit et travaille à Berlin.

 

Quelle oeuvre montrerez-vous au Printemps de Septembre ?

D'habitude, dans un concert, vous êtes assis face à l'orchestre. Mais avec l'oeuvre sonore The Forty Part Motet (2001), basée sur une pièce de musique chorale de la Renaissance anglaise ( Spem in Alium de Thomas Tallis, 1573), je veux que l'auditeur fasse l'expérience d'un morceau de musique du point de vue des chanteurs.Et qu'il se déplace à travers la pièce, ce qui lui permet d'être dans une relation intime avec les voix. Cela révèle aussi la construction évolutive qu'est le morceau de musique. Je suis intéressée par la manière dont le son structure physiquement l'espace et comment le spectateur trouve son chemin à travers cet espace à la fois physique et virtuel. J'ai placé les haut-parleurs en ovale tout autour de la pièce pour que l'auditeur puisse réellement sentir la construction sculpturale du morceau de musique composé par Tallis. Vous pouvez entendre le son se déplacer d'un élément du choeur à l'autre, faire des allers-retours,entrer en écho, et quand les vagues de son vous parviennent et que tous les chanteurs se font entendre simultanément, vous faites l'expérience d'un sentiment sublime.

 


Entendre des voix : c'est d'abord l'utilisation du son, dans ses diverses textures, de la voix humaine aux bruits citadins, qui caractérise le travail plastique de Janet Cardiff. Elle fut notamment remarquée pour ses walks initiées dans les années 90 : fictions sonores où elle entraîne le spectateur, conduit par un walkman, un audio-guide voire une caméra digitale, dans la réalité de la ville. Cet art du récit est également à l'oeuvre dans de vastes installations acoustico-schizophréniques, tel le Paradise Institute, Prix spécial du jury de la Biennale de Venise en 2001, réalisé avec la collaboration de son compagnon Georges Bures Miller.
 

 

Le Motet à quarante voix de Janet Cardiff est une production du Field Art Projects, en partenariat avec l'Arts Council of England, le Salisbury Festival, le centre d'art contemporain Baltic Gateshead, la New Art Gallery Walsall et le NOW Festival Nottingham. Interprété par la maîtrise de la cathédrale de Salisbury. Enregistrement et postproduction : SoundMoves.

Réalisation : George Bures Miller.

Production : Field Art Projects.

14 min, dont 11 min de chant et 3 min d'interruption.