EN

À TOULOUSE

Archives

Frédéric Moser - Philippe Schwinger

France, détours
25.09.09 - 18.10.09
Exposition — Centre Culturel Alban Minville

Alles wird wieder gut (de l' installation Farewell Letter to The Swiss Workers), 2006
Courtoisie galeries Jocelyn Wolff, Paris et KOW, Berlin

Video digitale ; 19’56’’, 16/9 Anamorph.
En allemand sous-titré en anglais

Nés respectivement en 1966 et 1961 à St-Imier (Suisse).

Vivent à Berlin.

 

Pour le Printemps de Septembre Moser et Schwinger présentent France, détours, une reprise de la série télé « France, tour détour, deux enfants », créée par Jean-Luc Godard et Anne-Marie Miéville en 1978. Entre réel et fiction, ce premier épisode tourné essentiellement dans le quartier du Mirail repose sur une série d’entretiens menés auprès d’enfants, d’adolescents et d’adultes qui y résident.

 

Après avoir fondé et dirigé « l’Atelier ici et maintenant », compagnie située à Lausanne, ces vidéastes suisses appliquent leur expérience du théâtre aux problématiques de l’art contemporain. Et rejouant des scènes extraites du réel ou en reconstituant des faits sociaux récents, ils composent une manière de « fiction historique ».

 

La résidence des artistes Moser et Schwinger bénéficie du soutien de la Direction Régionale des affaires culturelles de Midi-Pyrénées.
Film réalisé avec le soutien de l’Ina (Institut national de l’audiovisuel).

 

 

Moser & Schwinger à propos de France,détours

« Ouvrage scolaire du 19e siècle, « Le tour de la France par deux enfants » était prétexte à découvrir l’histoire et la géographie du pays. En 1978, Godard et Miéville s’en inspirent pour la série télévisée « France tour détour de la France par deux enfants » et proposent un voyage au sens figuré dans les modes de vie des Français; ils interrogent un garçon et une fille sur leur quotidien, puis élargissent l’entretien, leur but étant de « se vivre et se voir à la télévision ».
Trente ans ont passé, les manières de se penser en société trouvent de nouvelles définitions, mais c’est à l’écart des medias de masse, loin des plateaux TV que des modèles alternatifs réussissent à mobiliser. Nous remettons sur l’établi le mode de questionnement inauguré par Godard/Miéville, et proposons un nouveau type de série qui interroge "la France" par étapes; nous allons voyager, mais pour "explorer" des situations; le lieu de la production est ensuite investi comme lieu de diffusion. Notre premier épisode débute dans le cadre du Printemps dans le quartier du Mirail sous le titre "La peur et les invités". A partir d'une série d’entretiens menés auprès d’enfants, d’adolescents, et d’adultes, notre modèle de questionnement émerge. Nous laissons une place aux observations et aux projections que les jeunes générations se font, tout en développant un dialogue critique continu sur les images produites, nous engageons de pair un travail d'enquête et d'invention, où la fiction infiltre, voire détourne les faits pour réfléchir le réel.»