EN

À TOULOUSE

Archives

Grégory Derenne - Alexandre Désirée

Repetita
25.09.09 - 18.10.09
Exposition — BBB centre d'art

SLT, 2007  © Gregory Derenne

Courtesy de l'artiste et Galerie Bertrand Grimont

Repetita rejoue, comme en écho, le duo fait l’an dernier par Michel Pérot et Samuel Richardot, qui l’un et l’autre se proposaient de recommencer le tableau au nom de l’image, pour l’un, et au nom de la déconstruction du geste peintre, pour l’autre. La paradoxale rencontre de leurs dissemblables univers, trouve sa réplique dans l’association d’Alexandre Désirée et Grégory Derenne.


Le premier, instruit de l’histoire majeure de l’abstraction autant que de ses reprises post-modernes, se propose de réintroduire sur la scène du tableau des problèmes, des compositions, que les constructivismes avaient invalidés. Le second regarde la peinture à travers l’écran du cinéma, le théâtre ou des plateaux de télévision. Peut-être la peinture ne peut elle plus fabriquer d’images autrement que dans le miroir des films. Scènes recommencées du tableau pour l’un, et tableaux mettant en scène les lieux de production des images pour l’autre.


Dans ce chassé-croisé s’esquisse un champ possible pour la peinture d’après la peinture.


Alexandre Désirée (né en 1984, vit à Paris).

Ce jeune artiste a touché à diverses techniques avant de concentrer son travail sur le médium peinture. Comme il le dit lui-même : « j’ai décidé en 2006 de limiter ma pratique au tableau. Ayant réalisé auparavant des volumes peints, des installations et des peintures murales, j’ai voulu circonscrire la peinture à son médium « conventionnel », sans rien perdre de ses qualités objectives, ornementales et interactives avec le spectateur ».


Grégory Derenne (né en 1978 à Paris, où il vit).

Ce peintre du monde urbain porte son regard photographique sur les grandes métropoles, cliché qu’il reproduit ensuite à main levée, à l’acrylique, sur une toile de coton noire. Lumière en sous-exposition, cadrage volontairement flou, personnages peints dans un désordre réel et spontané, les tableaux de Grégory Derenne brouillent la frontière entre fiction et réalité pour recréer des scènes vivantes et empreintes de spontanéité, telles qu’il les voit à travers son appareil photo. Ses sujets de prédilection sont issus du monde de l’évènementiel social urbain.

 

Vendredi 16 octobre à 18h30
Visite-dévernissage
Réservation : 05 61 13 37 14