EN

À TOULOUSE

Archives

Pierre Vadi

Hell Is Chrome
25.09.09 - 18.10.09
Exposition — Château d'Eau

Pierre Vadi, vue de l'exposition Hell is chrome au Château d'eau, 2009. Photo Damien Aspe, ©Le Printemps de septembre—à Toulouse

Production le Printemps de Septembre

Né en 1966 à Sion (Suisse).

Vit à Genève.

 

Avec Hell is Chrome, Pierre Vadi s’empare de l’ensemble du Château d’eau pour y déployer son bestiaire et ses espaces fantasmatiques.

 

Cet artiste suisse aime à composer des environnements géographiques fictifs, des espaces fictionnels qu’il compose par le biais de sculptures-objets, hyperréalistes ou en résine, d’installations variées, de cartes et d’interventions architecturales. Images mentales, météorologies inconnues, paysages lunaires comme vitrifiés, son art invite le spectateur dans un espace-temps revisité.

 


Que vous inspire le sous-titre de l’exposition : « là où je suis n’existe pas » ?
Pierre Vadi : J'ai d'abord pensé à cette blague lue sur un tableau de Richard Prince.
Deux personnes se croisent à la porte d'un psychanalyste.
- "Bonjour Monsieur, est-ce que vous rentrez ou est-ce que vous sortez ?"
- "Mais Monsieur si je le savais je ne serais pas ici".
J'ai pensé aussi que c'était un titre sérieux, grave peut-être, et peut-être prétentieux.
C'est bien. Quelque chose sur la disparition et sur l'invention. Construire des mondes.
C'est un vrai titre, il n'oblige à rien, même, il n'inspire rien ; mais il semble tout permettre.

Qu’est-ce que l’art vous permet d’accomplir ?
Pierre Vadi : Si accomplir veut dire achever entièrement, alors rien, "l'exécution est sans fin", mais le temps file (...) à tombeau ouvert.

 

 

Production Printemps de Septembre—à Toulouse