EN

À TOULOUSE

Archives

Josh Smith

23.09.11 - 16.10.11
Exposition — Espace EDF Bazacle

Josh Smith

Happy Fish, 2011

Crédit photo: Le Printemps de Septembre-à Toulouse

Josh Smith

Vue d'ensemble, 2011

Crédit photo : Le Printemps de Septembre-à Toulouse

Josh Smith

Vue d'ensemble, 2011

Crédit photo : Le Printemps de Septembre-à Toulouse

 

 

Josh Smith

Vue d'ensemble, 2011

Crédit photo: Le Printemps de Septembre-à Toulouse

Josh Smith
Vue d'ensemble, 2011
Crédit photo : Le Printemps de Septembre-à Toulouse
 

Josh Smith,

Happy fish, 2011

Courtoisie de l'artiste et de Luhring Augustine, New York

Crédit photo: Josh Smith

Josh Smith,
Happy Fish, 2011
Courtoisie de l'artiste et de Luhring Augustine, New York
Crédit photo: Le Printemps de Septembre- à Toulouse

Josh Smith

Vue d'ensemble

Courtoisie de l'artiste et de Luhring Augustine, New York

Crédit photo : Le Printemps de Septembre-à Toulouse

Josh Smith,
Happy Fish, 2011
Courtoisie de l'artiste et de Luhring Augustine, New York
Crédit photo: Le Printemps de Septembre- à Toulouse

 

Né en 1976, vit et travaille à New York, États-Unis.

 

Avec ses références explicites à l’histoire de la peinture, son style « expressif », ses effets de signature et son absence de sujet, l’œuvre de Josh Smith pourrait paraître inactuelle. C’est que Smith refuse d’utiliser signes et sujets pour affirmer sa contemporanéité. Comme tous ceux auxquels il se réfère - Kirchner, Picasso, Haring ou Wool - Smith n’utilise pas la peinture pour illustrer un projet, mais choisit de penser « en peinture ». La quantité d’œuvres qu’il produit - un phénomène qu’il choisit de mettre en scène dans ses installations - témoigne de cette pensée en marche. Le tableau n’est pas envisagé comme le lieu clos d’un achèvement, mais comme une étape dans un processus continu de création. L’étanchéité de la frontière qui sépare l’original et de sa reproduction - déjà compromise depuis les années 60 par l’utilisation de la sérigraphie - est minée de l’intérieur par la prolifération des originaux. Cette stratégie permet à Smith de s’émanciper d’un système hiérarchique qui fait le tri entre œuvres majeures et œuvres mineures pour mettre en évidence le mouvement même de la création. Dans un monde de flux incessants, de marchandises et d’images, Smith parvient à proposer un flux alternatif, qui vient rompre la répétition du même.

Pour l’espace EDF-Bazacle, il conçoit une sculpture en bronze, le Happy fish, et présentera une exposition de peintures et de dessins.

En réponse au rideau de Picasso de la collection du Musée les Abattoirs, il conçoit une série de peintures et de dessins qui seront accrochés en vis-à-vis.

 

La sculpture Happy Fish présentée à l’espace EDF-Bazacle est co-produite par la Fondation EDF Diversiterre et le Printemps de Septembre—à Toulouse.