EN

À TOULOUSE

Archives

David Boeno

Trois Rois
28.09.12 - 21.10.12
Exposition — Hôtel-Dieu

David Boeno

Trois Rois, installation (2012)

Courtoisie de l'artiste
Crédit photo : Nicolas Brasseur, Le Printemps de Septembre 2012

David Boeno

Colonne, installation (2012)
Courtoisie de l'artiste

Crédit photo : Nicolas Brasseur, Le Printemps de Septembre 2012

David Boeno

Trois Rois, installation (2012)

Courtoisie de l'artiste

Crédit photo : Nicolas Brasseur, Le Printemps de Septembre 2012

David Boeno

Salaire, installation (2012)
Crédit photo : Nicolas Brasseur, Le Printemps de Septembre

Né en 1955 à Brest. Vit et travaille à Paris.

 

Trois rois, installations multimédia (2012)

3 Rois : 3 histoires de rois, 3 textes écrits avec de la lumière dans 3 dispositifs différents.


Au commencement était le verbe
 

David Boeno débute comme photographe de presse. Dès le début des années 1980 il mène en parallèle un travail personnel de création. Sa passion pour la Grèce antique le conduit dans les bibliothèques, à la recherche de manuscrits. Il y photographie et copie « des écritures anciennes, des phrases, des sentences qui parlent des images », empruntées à des philosophes et des mathématiciens de la Grèce antique, de la Bible et d'ouvrages d'optique du XVIIIe siècle. David Boeno se présente d’ailleurs lui-même comme « photographe et copiste néoplatonicien. » Ses travaux multimédias autour de la couleur et de la lumière font de lui un artiste aussi conceptuel que poétique. Désireux de transmettre son savoir, il intervient dans des collèges auprès d’élèves.


Il participe à des expositions collectives principalement en France: « Que d’eau – Faux Mouvement », Centre d’Art Contemporain de Metz (1998), « Imago Mundi », CAPC de Bordeaux (2001), et en 2010, également au CAPC, à « La vie saisie par l'art », CAPC de Bordeaux (2010), « L’Idée de Nature », Kunsthalle de Mulhouse (2011).


Ses œuvres sont visibles en France, souvent dans le cadre de commandes publiques. En 2002, associé aux architectes de l'agence HYL, il collabore à l’aménagement du Parc de Beauregard à Rennes en travaillant sur les jeux de lumière du site. Autour du thème du soleil, David Boeno place différents dispositifs mettant en scène la magie naturelle de l'astre: un immense cadran solaire invite le promeneur à prendre place sur un foyer formé par un demi-cercle en ardoise ; son ombre lui donne l'heure de la journée. Encastrés dans trois murets, des prismes composés de lames de verre biseauté décomposent les rayons du soleil et font apparaître les couleurs du spectre. Les installations jalonnent le site et permettent à chacun de vivre une expérience sensorielle au cours de laquelle nature et science sont réconciliées.
 

En 2006, David Boeno propose une installation lumineuse créée en 1991 dans le cadre de l’exposition « D'étonnants détours » au Beffroi de la ville d'Amiens: sur un abreuvoir en caractères luminescents on peut lire le précepte de Pythagore : « Tu n'urineras pas à la face du soleil ».

L’artiste poursuit son travail sur la lumière en créant en 2008 une installation pour l’atrium de la Médiathèque de Mérignac intitulée Spectre Solaire et Température de Couleur. Des lignes de miroirs biseautés permettent l’apparition de phénomènes colorés sur les creux et les reliefs de l’architecture. Là encore, l’artiste crée une ambiance lumineuse changeante et pleine de poésie.

L’année suivante, dans le cadre de la Biennale d'art contemporain d’Anglet, l’artiste choisit la Plage des dunes pour déposer sur le sable une plaque d’acier de 8 m de long. Des lettres créées par des trous de lumières découpés au laser permettent au spectateur d’y lire cet extrait des Histoires d’Hérodote : « Xercès ordonna d’infliger à la mer trois cents coups de fouet et de jeter dans ses eaux une paire d’entraves ». Étrange phrase qui redouble l’étrange présence de ce bandeau de métal rouillé, comme apporté par la marée ou vestige d’un temps ancien.

En octobre 2011 il crée au collège de Ligné un dispositif de miroirs installés sur différents espaces, qui offre des jeux de lumières infinis aux enseignants comme aux élèves.

 

À Toulouse, David Boeno met en scène une série de textes anciens à travers trois œuvres: Épée, relative à une frayeur qu'aurait eue Louis XIV, Salaire, projection au sol d’une « Histoire » d’Hérodote, Colonne, une phrase sur la construction de la tour du Pharos d'Alexandrie. Une réflexion sur l’Histoire en forme d’ellipse, cette forme qu’on perçoit en regardant un cercle en perspective…