EN

À TOULOUSE

Avant

John M. Armleder

26.09.08 - 19.10.08
Exposition — les Abattoirs, Musée – Frac Occitanie Toulouse

John M. Armleder, Musée les Abattoirs, 2008, ©DR, Le Printemps de septembre - à Toulouse 

John M. Armleder, Musée les Abattoirs, 2008, ©DR, Le Printemps de septembre - à Toulouse

John M. Armleder, Musée les Abattoirs, 2008, ©DR, Le Printemps de septembre - à Toulouse 

Né en 1948 à Genève.

Vit entre New York et Genève.

 

Vous préparez une intervention aux Abattoirs avec l'artiste John M Armleder. De quoi s'agit-il ?

 

Christian Bernard : Dans le monde actuel de l'exposition, un musée qui ne met pas en perspective les possibilités qu'offre la contextualisation des oeuvres est un musée qui s'asphyxie. Or John M Armleder a continûment réinventé la manière d'exposer son travail et celui des autres. Son spectre est très large, il peut travailler au plus grand de la saturation et au pire de la raréfaction. On va donc organiser un dialogue avec lui dans les parties latérales des Abattoirs. Il s'agit de demander à un artiste de regarder les ressources de la ville en matière de collections publiques, et de les donner à voir autrement : pour introduire une crise dans le musée même, une crise de sa représentation et de sa manière de se représenter l'art. De ce point de vue, l'artiste a une légitimité plus grande que le commissaire ou le directeur de musée. On espère ainsi donner un avant-goût de ce que pourrait être une circulation créative des collections.

 

 

 Figure majeure de la scène suisse et artististe internationalement reconnu, John Michael Armleder fonde en 1969 le groupe Ecart, proche de l'esprit Fluxus, et se fait ensuite remarquer pour ses Furnitures Sculptures associant objets de mobilier et peintures. Investissant tous les médiums, ne se réduisant à aucun style et critiquant même la notion de style, son oeuvre polymorphe interroge l'abstraction, l'idée d'oeuvre, la notion d'auteur et les contradictions de la modernité.

 

Les sept couleurs employées par John M Armleder aux Abattoirs sont reprises dans les différents lieux d'exposition.

 

Remerciements : Musée des Augustins, Musée les Abattoirs, muséum d'Histoire naturelle.