Archives

Éric Baudart - Chloé Delarue - Gyan Panchal

17.09.21 - 17.10.21
Exposition collective — Hôpital la Grave

Eric Baudart, Wrap 2.0, dimensions variables, 2017.

Chloé Delarue, vue d'atelier, 2021.

Gyan Panchal, oeuvre en cours, 2021.

Éric Baudart

Né en 1972 à Saint-Cloud (France), il vit et travaille à Paris.

 

La pratique artistique d’Éric Baudart est avant tout instinctive, avec une certaine idée de l’art à la fois désuète et exigeante. Il est sensible à la chose physique, à la physicalité du monde et des choses qui l’entourent. Un aspect de son travail consiste à saisir une logique matérielle du monde, à être attentif et alerte afin de réunir et optimiser les conditions favorables à l’émergence d’une forme, d’une idée. Il s’intéresse aux lois de la physique qui régissent les objets pour en libérer leur potentiel et créer les conditions d’une synthèse fulgurante, peu importe le degré de réalisme.

 

Éric Baudart a exposé dans des expositions collectives au Bass Museum of Art, Miami (2015), à La Centrale pour l'art contemporain, Bruxelles (2013), au Petit Palais, Paris (2008), au MAMCO, Genève (2007), ainsi que dans le cadre d’expositions personnelles à la Fondation d’entreprise Pernod Ricard, Paris (2011) et La Maison Rouge, Paris (2007), entre autres. En 2011, il reçoit le prix Meurice d'art contemporain. Son travail est conservé dans diverses collections, notamment Lafayettes Anticipations, le MFA, Boston et le MAMCO, Genève.

 

Chloé Delarue 

Née en 1986 au Chesnay (France), elle vit et travaille à Genève.

 

Chloé Delarue réalise des installations sous le titre TAFAA, acronyme pour Toward A Fully Automated Appearance. Il s’agit d’un système de perception qui s’alimente de la perspective d’une automatisation totale où l’entièreté des territoires techniques synthétisent le tangible, nos émotions et nos comportements afin d’en extraire leurs simulations effectives. En puisant dans un large spectre de techniques, elle conçoit des environnements composites où cohabitent les empreintes d’éléments naturels et leurs ersatz artificiels, des assemblages d’objets manufacturés ainsi que des dispositifs numériques de génération d’images. Dans la mise en relation de ces différents matériaux, elle sonde l’interaction non plus externe entre la technique et le vivant, mais plutôt inséparable et fusionnelle.

 

Diplômée de la Villa Arson, Nice, et de la HEAD, Genève, Chloé Delarue a présenté ses installations dans de nombreuses expositions individuelles comme à Windhager von Kaenel, Zurich (2021), à la Villa du Parc, Annemasse (2020), au Musée des Beaux Arts, La Chaux-de-Fonds (2019), à la Salle de Bains, Lyon (2019), au Kunsthaus, Langenthal (2019), Sonnenstube, Lugano (2017) ou encore à la Société des Arts de Genève (2016).  

 

Gyan Panchal

Né en 1973 à Paris, il vit et travaille entre Faux-la-Montagne (France) et Paris.

 

C’est à partir d’objets glanés sur le bord des routes que les sculptures de Gyan Panchal prennent forme. Il récolte des objets trouvés (silo, gant, jouet…) mis au rebut du fait de leur obsolescence et dont la fonction, suspendue à mi-chemin, parle encore de rapports humains, d’adresses au dehors, à l’autre. Tel un chiffonnier, l’artiste les recueille à l’atelier et par des gestes attentifs, souvent réduits à leur plus simple expression (laver, couper, poncer, assembler, teinter…) il les  accompagne jusqu’au seuil d’eux-mêmes. Devenus sculptures, ces objets rendus au monde nouent avec celui-ci un juste déséquilibre.

 

Le travail de Gyan Panchal a fait l’objet de nombreuses expositions personnelles, au Musée d’art moderne et contemporain, Saint-Étienne (2019) à la galerie Marcelle Alix, Paris (2018 et 2015) au Musée départemental d’art contemporain, Rochechouart (2017) chez Jhaveri Contemporary, Mumbai (2015 et 2012) à la Maison des Arts Georges Pompidou, Cajarc (2014) ou encore au Palais de Tokyo, Paris (2008). Ses oeuvres ont été montrées dans les collections du Centre Pompidou, à la Biennale d’Art Contemporain de Rennes, au Carré d’art de Nîmes, au Crédac à Ivry-sur-Seine, à la Villa Arson à Nice, à la Fondation Ricard à Paris. Il organise également des expositions (« Être Chose » au CIAP de Vassivière en 2015) et enseigne la sculpture à l’École supérieure d’art de Clermont Métropole.

Chloé Delarue bénéficie du soutien de Pro Helvetia, Fondation Suisse pourla culture.

Exposition collective
Hôpital la Grave
Éric Baudart - Chloé Delarue - Gyan Panchal
17.09.2021