Archives

Michel Aubry

17.09.21 - 17.10.21
Installation — les Abattoirs, Musée – Frac Occitanie Toulouse

Michel Aubry, Charpente du pavillon de l'URSS de Melnikov, 1925, photomontage Michel Aubry, 2013.

Né en 1959 à Saint-Hilaire-du-Harcouët (France), il vit et travaille à Paris.

 

Michel Aubry réalise depuis une quarantaine d’années une œuvre programmatique et protéiforme qui traverse les champs de la musique, de l’artisanat, du design et des arts plastiques et visuels. À partir d’un répertoire d’objets (roseau de Sardaigne, tapis afghan, mobilier et architecture constructiviste, costume militaire, etc.) qu’il cite, réplique et interprète insatiablement, Michel Aubry développe un travail sculptural érudit qui insiste sur les processus de fabrication archaïque en tant que traduction d’une mémoire et d’une culture fragmentées du passé. En 2013, lorsqu’il produit pour le Crédac (Ivry-sur-Seine) la maquette du Pavillon de l’URSS de Melnikov, il s’intéresse à l’histoire de sa construction : imaginé pour l’Exposition internationale des arts décoratifs et industriels modernes de Paris en 1925, le Pavillon de l’URSS a subi d’intéressantes modifications. Pour de nombreuses raisons, notamment économiques, l’acier a fait place à une charpente en bois. Pour Michel Aubry, le basculement d’un projet de pavillon moderniste d’acier ou de béton à une architecture traditionnelle de bois est symbolique de ce moment où des rencontres et des frottements s’opèrent entre l’archaïsme, les savoir-faire et les volontés de changement et de radicalisme.

 

Dans le cadre du Printemps de septembre, Michel Aubry reconstruira, réinterprètera et mettra en musique une partie du Pavillon de l’URSS de Melnikov tout particulièrement destinée à la présentation des éditions. Cette architecture sera exposée aux Abattoirs, Musée – Frac Occitanie Toulouse.

 

Son travail a été montré dans de nombreuses expositions personnelles et collectives en France et à l’étranger, telles qu’à l’Aubette 1928, Strasbourg (2021), au Centre Pompidou-Metz et au MUCEM, Marseille (2020), la Galerie Eva Meyer, Paris (2017), au Centre Pompidou, Paris (2015), au Musée d’art moderne de la Ville de Paris (2013-2014), au Crédac d’Ivry (2013), à la Biennale de Sao Paulo, Brésil (2012), au Centre d’art contemporain de Sète (2008), au MAMCO, Genève (2003), au Casino Luxembourg (1997) ou encore à La Criée, Rennes (1991).

Avec le soutien de la Fondation des artistes.

Installation
les Abattoirs, Musée – Frac Occitanie Toulouse
Michel Aubry
17.09.2021