Shiva Khosravi

17.09.21 - 25.11.21
Exposition — les Abattoirs, Musée – Frac Occitanie Toulouse

Shiva Khosravi, Don’t let you hair with the wind blow, 2020

still, vidéo, 5 min 32

 

 

Infos pratiques :

76, allées Charles-de-Fitte, 31300 Toulouse

 

Ouverture le vendredi 17 septembre de 18h à 23h

 

Du mercredi au dimanche de 12h à 18h

Nocturnes les 17 et 18 septembre jusqu’à 23h

Trois jeunes femmes, côte à côte, regardent le lac Léman. Elles sont immobiles, elles ne bougeront guère. Des bateaux passent devant elles comme des anges profanes. C’est un plan fi xe qui cadre ces femmes de dos. Elles sont brunes et leurs cheveux sont longs et libres. Il ne se passe rien pendant 5 min 32. Rien de particulier. Sauf peut-être ceci qu’un vent léger caresse leur chevelure de temps en temps. On dirait qu’elles s’emploient à ressentir cette caresse et qu’elles s’en réjouissent. C’est un moment de sensualité discrète et rare. Celle qui est refusée aux femmes à qui le port du voile est imposé par la loi religieuse comme c’est le cas en Iran, le pays de Shiva Khosravi. L'oeuvre qu'elle présente aux Abattoirs a pour titre celui, en anglais, d’un poème de Hafez : Don’t let your hair with the wind blow.

 

Une jeune femme est devant son miroir. Nous sommes à la place de ce miroir. Une musique de variété guillerette accompagne la scène d’une note d’ironie. La jeune femme installe son voile. Un tissu blanc qu’elle dispose sur sa tête pour en dissimuler les cheveux. Elle est charmante, elle semble s’amuser. Elle ne cesse d’inventer de nouvelles façons de mettre ce voile obligé qui la rendent toujours plus gaie et plus séduisante. Elle semble se réjouir de sa beauté et de sa malice qui est une arme de libération massive. 2 min 52 de bonheur. La scène se déroule en accéléré. Cet hommage au cinéma muet accentue le comique mécanique de la situation. Cette oeuvre, présentée à Trentotto, s'intitule White Wednesday, titre qui fait référence au mouvement de protestation lancé en 2017 par la journaliste Masih Alinejad contre la loi qui force les femmes à se voiler en Iran.

 

On comprend que Shiva Khosravi parle de la condition des femmes en pays musulman. Elle le fait avec subtilité et sensibilité. Dans ces deux vidéos caractérisées par une grande économie de moyens, elle montre des jeunes femmes dont la résistance à ce qu’elles vivent comme une oppression, s’exprime par la joie tranquille de plaisirs émancipés.

 

Exposition réalisée en partenariat avec les Abattoirs, Musée – Frac Occitanie Toulouse.​

Née en 1987 à Isfahan (Iran), Shiva Khosravi vit et travaille àGenève. Elle a fait ses études en biologie en Iran. À vingt-deux ans, elle décide de quitter son pays afi n de poursuivre ses études en Suisse. En 2020, elle est diplômée d’un Master en Arts Visuels à la HEAD – Genève et remporte le Prix de la Ville de Genève et de la Fondation Adolphe Neuman avecl’installation vidéo traitant de la censure en Iran. Sontravailaété présenté au Centre d’Art Contemporain (Genève, 2021), àla White Space Black Box (Neuchâtel, 2017) et au Museum für Naturkunde (Berlin, 2016).