Yan Pei-Ming

Xavier Douroux, portrait d’un ami
17.09.21 - 17.10.21
Exposition — Trentotto

yan pei-ming, Xavier Douroux, portrait d’un ami, 2019

huile sur toile, 150 x 120 cm

Photographie : Clérin-Morin © Yan Pei-Ming, ADAGP, Paris, 2021.

 

 

Infos pratiques :

231, avenue de Muret, 31300 Toulouse

 

Ouverture le vendredi 17 septembre de 18h à 22h

Du mercredi au vendredi de 12h à 19h, samedi et dimanche de 11h à 19h

Nocturnes les 17, 18, 24, 25 septembre jusqu’à 22h 

Yan Pei-Ming arrive en France au début des années 80, il s’installe à Dijon où il intègre l’Ecole des Beaux-Arts. Il s’empare rapidement du portrait, un genre considéré comme mineur en Chine, et se fait remarquer par une première série de Têtes de Mao à la fin des années 80. Prix de Rome en 1993, Yan Pei-Ming réalise depuis de nombreux portraits d’après modèles ou documents, d’anonymes ou d’icônes (Michael Jackson, Jean-Paul II, Bruce Lee, …). L’illustration du statut et du pouvoir dans le portrait traditionnel est particulièrement importante pour son travail, qui renoue avec les archétypes des conventions de représentation séculaires. Parallèlement, depuis le milieu des années 1990, il réactive la tradition de la peinture d’histoire. S’inscrivant dans la lignée de peintres tels Goya, David, Delacroix ou Géricault, Yan Pei-Ming transforme les images médiatiques des boat people, la guerre d’Irak, le 11 septembre en des scènes intemporelles où se lit le destin tragique de l’humanité. Du fort au faible, de la compassion à la violence, ses autoportraits morts ou en Christ, portraits de son père mourant, mais aussi représentation de fauves ou d’armes de guerre dressent une fresque sans concession de son temps.

 

Le Printemps de septembre expose sa toile Xavier Douroux, portrait d'un ami.

Né en 1960 à Shanghai (Chine), il vit et travaille entre Dijon (France) et Paris. Diplômé de l’École des Beaux-Arts de Dijon, les portraits de Yan-Pei Ming ont fait l’objet d’expositions au Petit Palais, Paris (2019-20), au Musée d’Orsay, Paris (2019-20), au Musée des Beaux Arts, Montpellier (2019), à la  Galerie Thaddaeus Ropac, Paris (2018), à la  Villa Médicis, Rome (2016) ou encore au Musée du Louvres, Paris (2009).