Yves Bélorgey - Thomas Huber

17.09.21 - 17.10.21
Exposition — Garage Bonnefoy

Yves Bélorgey expose également au CIAM – La Fabrique.

Yves Bélorgey et Thomas Huber exposent côte à côte au Garage Bonnefoy.

 

Yves Bélorgey

Né en 1960 à Sens (France), il vit et travaille à Montreuil (France).

 

À partir des années 1990, Yves Bélorgey s’intéresse au paysage périurbain, et plus particulièrement à l’architecture collective des grands ensembles construits entre 1950 et 1970. Il entame alors un vaste projet de peintures monumentales qui répondrait à une commande publique fictive consistant à « peindre des immeubles collectifs comme des documents ». Construites selon un modus operandi précis, ses toiles sont une transcription picturale agrandies de ses propres photographies au format systématique de 240 cm par 240 cm, un écho assumé à la grille moderniste qui a fait du carré son motif. Systématiquement désertées de toute présence humaine directe, elles sont l’archivage méthodique et nostalgique de tout un pan délaissé de l’architecture moderniste et d’un projet social révolu. 

 

Invité pour la prochaine édition du Printemps de septembre, Yves Bélorgey présentera Images de l’intérieur, une série de tableaux et de dessins inédits réalisés à partir de photographies de lieux d’habitation et d’immeubles de la ville de Toulouse, avec comme point de départ du projet le Mirail. L’artiste montrera pour la première fois en France les tableaux pigmentaires, technique qu’il a mis en place en travaillant les tableaux directement au pigment sec, sur toile.

 

Le travail d’Yves Bélorgey est exposé dans de nombreuses institutions en France et en Europe. En 2012, le Musée régional d’art contemporain d’Occitanie/Pyrénées-Méditerranée, Sérignan, et le Stadthaus, Ulm, lui consacrent une exposition personnelle tandis que le MAMCO, Genève, lui dédie sa première rétrospective. Il est enseignant à l’ENSA Paris-Malaquais et donne également des conférences pour présenter son travail, comme à l’École Nationale Supérieure d’Arles en 2019.

 

Thomas Huber

Né en 1955 à Zurich (Suisse), il vit et travaille à Berlin.

 

L'œuvre de Thomas Huber n’a connu que très peu d’évolution stylistique, elle s’est amplifiée, déployée, comme si son art contenait sa propre utopie dès ses premières toiles. On remarque une constance thématique et iconographique qui donne ainsi l’image d’une identité artistique quasi intemporelle. Il propose une œuvre singulière et analytique conçue comme une sorte de récit autour de la peinture elle-même, sa fabrication, sa mise en espace. Il montre l’idée d’une image, il représente un monde mental avec une sobriété de moyens. Dans l'œuvre de Thomas Huber, le tableau est fondamental, il est le moyen d’accéder à la fois au monde réel et au monde imaginaire. Ses peintures sont une image dans l’image, une mise en abyme de mise en abyme, un tableau dans le tableau… Par de multiples procédés, le spectateur est situé dans les tableaux. L’artiste l’invite à plonger à l’intérieur de ses toiles. Beaucoup des travaux de Thomas Huber se situent dans l’étude de ce passage d’un lieu à un autre, le tableau est cet entre-deux. 

 

Thomas Huber a exposé ses peintures lors de nombreuses expositions individuelles comme à la Skopia, Genève (2019 et 2015), au Aargauer Kunsthaus, Aarau (2018), à la galerie Akinci, Amsterdam (2017), au musée des Beaux-Arts, Rennes (2017), ou encore au festival International d’Art de Toulouse (2014). Il a également participé à des expositions collectives telles que Icons. What we humans worship au Kunsthalle Bremen, Bremen (2019).